Lieux à mémoires multiples

Le cas de deux lieux  en cours de patrimonialisation : la prison Montluc (Lyon), transformée en Mémorial et le centre de rétention d’Arenc (Marseille), aujourd’hui détruit.

Ce projet de recherche part du constat de la dissociation entre les propositions des lieux de mémoires dédiés à la Résistance et à la Seconde Guerre mondiale, et les actions et scènes mémorielles dédiées à l’immigration. Il interroge les formes et les devenirs patrimoniaux de deux lieux d’enfermement à histoires et à mémoires multiples,  dont la patrimonialisation est  contrastée, et inachevée :

 

  • la prison Montluc à Lyon qui porte les traces d’une pluralité d’histoires alors que sa patrimonialisation est aujourd’hui opérée  quasi-exclusivement autour d’un seul fragment de son histoire,

Lieux à mémoires multiples
La prison Montluc

Projet Montluc Mémoires Multiples par Alain Battegay et Marie-Thérèse Têtu pour le Centre Max Weber

Retrouvez la platerforme webdocumentaire : http://www.patrimonum.fr/montluc/

Les Condamnés de l’Ombre (26′)

Entre 1959 et 1961, 11 algériens du FLN ont été guillotinés à la prison Montluc de Lyon. Un film réalisé dans le cadre du projet de recherche « Lieux à mémoires multiples. La prison Montluc » soutenu par le Ministère de la culture et le groupement d’intérêt scientifique « Institutions patrimoniales et pratiques interculturelles ».

Retrouvez la platerforme webdocumentaire : http://www.patrimonum.fr/montluc/

 

  • et, sur le port de Marseille, le centre de rétention d’Arenc, aujourd’hui disparu, dont seules les archives et les matériaux d’histoire orale permettent de restituer la mémoire.


Le centre de rétention d'Arenc, 1976, photographie de Jacques Windenberger. AD13, 72 Fi 32-38
Le centre de rétention d’Arenc, 1976, photographie de Jacques Windenberger. AD13, 72 Fi 32-38

Destins patrimoniaux

L’ambition de ce projet est d’apporter des éléments de documentation, d’histoire et d’historiographie susceptibles d’infléchir le devenir patrimonial de ces deux lieux, et d’en rendre compte.

Ces deux enquêtes ont conduit à analyser les conditions de patrimonialisation ou de non patrimonialisation de ces lieux, et à explorer, simultanément, des formes possibles de socialisation et de ces histoires et mémoires.

Le dispositif est porté par trois laboratoires de recherches (Lames, Aix-en-Provence, coordinateur scientifique ; Centre Max Weber, Lyon ; Urmis, Nice), ainsi que par un acteur associatif Ancrages (Marseille) et le pôle images de l’ISH Lyon.

Lieux à mémoires multiples est soutenu par le Ministère de la Culture, dans le cadre de l’appel à projet “Institutions patrimoniales et pratiques interculturelles”.

Samedi 22 mars 2014, aux Archives Départementales des Bouches-du-Rhône a eu lieu la Journée d’études et de restitution 

Vous pouvez consulter l’intervention de Samia Chabani, directrice d’Ancrages :
Les mémoires militantes au service de la transmission de l’histoire d’Arenc, récits et archives de la CIMADE


Articles connexes :