6. Se souvenir (là-bas, enfance…)

Voir les contributions :   Se souvenir

20532327

“L’Algérie c’est comme une vieille tante malade que tu vas visiter. Mais tu passes le week-end et le dimanche soir tu te barres parce que sinon tu te suicides si tu y restes. Mais quand tu retournes chez toi, dans ton petit studio de Neuilly, tu as honte d’avoir quitté précipitamment ta tante et donc tu programmes très vite le week-end d’après. C’est une indécision permanente.”

Un témoin, La Traversée, Elisabeth Leuvrey

Voir la bande annonce: La traversée de Elisabeth Leuvrey, 2013

Le rapport au pays d’origine est aussi multiple et complexe qu’il y a de forme de migrations. Le pays d’origine continue de vivre dans le cœur des migrants de multiples façons: certains y partent en vacances ou reçoivent la visite de proches venus de là-bas. Pour certains le rapport au « pays d’origine » peut être régi par une logique de la dette et du don : devant parfois leur départ à une décision collective financée en partie par la famille, les émigrants contractent une dette non seulement symbolique, mais également matérielle, les liants à leur famille élargie et au village. Mais par dessus tout, le pays vit par la transmission d’un héritage culturel vivace ancré dans les souvenirs d’enfances des migrants, mémoire partagée avec leurs enfants nés en France mais également qui entre en résonance et qui irrigue la culture du pays d’accueil.

 

La musique

répétition des tambours avec Karim à l'Espace d'Animation Sociale - © J. Windenberger - 23/02/1996

répétition des tambours avec Karim à l’Espace d’Animation Sociale – © J. Windenberger – 23/02/1996

En arrivant en France, les migrants ont apporté avec eux toute une culture musicale traditionnelle ou profane. Cette musique sera jouée lors des fêtes mais rythme également le quotidien des familles. Des instruments considérés auparavant comme “exotiques” s’ancrent progressivement dans la culture française: il n’est pas rare aujourd’hui d’entendre de la darbouka, de la kora ou autre djembé . De même les groupes de Rap joue sur la multiplicité des origines rythmiques et des langues, mélangeant et rapprochant dans un savant mélange des éléments musicaux d’origines diverses. Des structures culturelles considérées comme “élitistes” n’hésitent pas à produire des opéra enrichi par ce type d’instrument.

 

On retrouve cette imbrication des cultures dans l’album “Au pays d’Alice” de Oxmo Puccino et Ibrahim Maalouf

La cuisine

préparation du repas de mariage kabyle à La Lorette (16é art.) dans la famille de Karim - © J. Windenberger - 26/10/1991

préparation du repas de mariage kabyle à La Lorette (16é art.) dans la famille de Karim – © J. Windenberger – 26/10/1991

De la même façon, les traditions culinaires sont vivaces et ont perduré et enrichi à l’arrivée en France. Dans la sphère privée, on rejoue les repas propres au pays, repas rendus possibles par nombre d’épiceries et de magasins qui importent des aliments venus d’ailleurs. Rendu possible également par les semis plantés par les migrants eux mêmes et qui permettent une diversification des goût et des odeurs par l’apport d’épices et d’herbes multiples. La sphère publique est également un véritable théâtre ou se joue ces traditions culinaires multiples: restaurants malien côtoient restaurant kabyle ou indien. A Marseille, la pizza a été introduite lors de la grande vague d’immigration napolitaine qui eut lieu à la fin du XIXe siècle. On consomme d’abord la pizza dans des gargotes du Vieux-Port garnie de tomates provençales (les Pendelottes), et cuite au feu de bois. Dans les années 1930, la pizza sort du quartier italien de Marseille pour se répandre dans la ville. Marseille a élevé en référence culinaire la pizza en l’adaptant au code du goût méditerranéen, en lui imprégnant sa marque et son savoir-faire notamment avec le concept du camion pizza cuite au feu de bois unique au monde et inventé à Marseille par Jean Meritan. Dans la sphère institutionnelle, le Mucem accueille “ le jardin des migrations” qui prend acte de l’irrégularité du terrain comme autant de strate de l’histoire du lieu. En hommage aux voyageurs de tout horizon qui ont débarqué là, le jardin est conçu comme un livre ouvert qui interpelle les sens au gré des saisons. Enfin, l’exemple prestigieux et médiatique de mélange de tradition culinaire est celui de la cuisinière d’origine sénégalaise, Rougui Dia, chef du prestigieux Petrossian.

Linda Beldjerd, amatrice devenue professionnelle, ouvre les horizons dans son blog à travers une cuisine qui transmet le plaisir de son héritage culinaire familial.
La cuisine de mes racines est un joli carnet culinaire entre héritage familial et recettes de tout horizons. Une cuisine colorée, méditerranéenne, un brassage de culture entre pâtisseries françaises et gâteaux algériens, Cuisine du sud et cuisine maghrébine, une cuisine au-delà des frontières.   La cuisine de mes racines

 

Voir les contributions :  Se souvenir

5. Se rassembler

7.“Se la raconter”