L’égalité trahie : série de portraits

La diffusion de cette exposition conçue et réalisée en 2013 par l’Open Society Foundation, est notamment assurée par Ancrages.

En France, les personnes issues des « minorités visibles » sont contrôlées bien plus fréquemment que leurs homologues blancs. Cette série de portraits du photojournaliste Ed Kashi dévoile l’impact de cette discrimination sur treize jeunes et deux policiers. Parti d’un nouveau rapport, les histoires présentent les conséquences qui découlent de ces contrôles au faciès pour les individus, pour leurs réseaux sociaux, mais aussi pour la police elle-même et pour la sécurité du public. Ces expériences individuelles sont cependant le reflet d’une réalité bien plus large.

« La France est une République indivisible, laïque, démocratique et sociale. Elle assure l’égalité devant la loi de tous les citoyens sans distinction d’origine, de race ou de religion. Elle respecte toutes les croyances. » Ces mots, par lesquels s’ouvre la Constitution de la France, définissent les valeurs essentielles qui fondent la République : celles d’un contrat social entre les citoyens, reposant sur la liberté et l’égalité. Pourtant, dans leur vie de tous les jours, de plus en plus de citoyens voient cet idéal se dérober lorsque des policiers contrôlent, interrogent ou fouillent certains individus en raison non de leurs actes, mais de leur apparence : c’est ce que l’on appelle le profilage ethnique, ou contrôle au faciès (extrait du rapport L’égalité trahie : l’impact des contrôles au faciès en France, publication téléchargeable au format PDF sur le site de l’Open Society Foundation).

Cette exposition composée d’une dizaine de panneaux, est disponible auprès d’Ancrages (voir aussi le dossier de ressources documentaires dédié intitulé : Brutalités et violences policières) et accessible en ligne sur le site de l’Open Society Foundation.

Pour l’accueillir dans vos locaux, merci de vous adresser à :

documentation(at)ancrages.org

Tél. : 09 50 74 04 67