Conséquence directe des conflits, l’augmentation multiforme des flux migratoires dans le monde se traduit par de nouveaux enjeux de connaissances et de compétences, en termes d’accueil, d’accompagnement et d’intégration des primo-arrivants. Le contexte actuel exige une formation adaptée et régulière pour intervenir auprès de ces publics  en situation de précarité, aux repères culturels différents, parfois en souffrance psychique…

En 2021, Ancrages poursuit son partenariat avec l’Institut Convergences Migrations et vous propose un cycle interrégional de formation professionnelle en région (Île-de-France et Région sud). D’une durée de quatre jours, elle se compose de trois jours de formation consécutifs et d’une journée d’études. 

Niveau de satisfaction des stagiaires :

En 2020, Ancrages a accueilli 303 personnes par le cycle de formation et les journées d’études, sur deux régions, réparties comme tel :
Marseille : 222 personnes touchées dont 162 stagiaires en formation et 60 participants Journée d’études, 
Aubervilliers : 81 personnes touchées dont 48 stagiaires en formation et 33 participants Journée d’études. 

Le niveau de satisfaction global est de près de 95 % entre très satisfaisant et satisfaisant. 

Prérequis : La formation 3APA n’exige pas de prérequis spécifiques et s’adresse à une diversité de publics (professionnels et personnes engagées auprès des migrants) dans une dynamique de qualification des acteurs locaux. 

Les méthodes mobilisées et les modalités d’intervention et d’évaluation alternent approches théoriques et méthodes actives : 

  • La méthode expositive, transmissive ou démonstrative (rappel de concepts, approche disciplinaire, …)
  • La méthode interrogative ou maïeutique, 
  • La méthode expérentielle (analyse de pratiques, apprentissage coopératif, travail en sous-groupe, écoute active, reformulation, l’accompagnement du raisonnement et distribution et régulation de la parole des participants. 

Accessibilité : La formation propose des lieux de formation en accessibilité (ERP) – Personnes en situation de handicap, nous contacter 

administration(at)ancrages.org 

Deux sessions sont proposées : la première à Marseille et la seconde en Île-de-France à Aubervilliers. Cette formation, durable et adaptée aux besoins du terrain, vise à qualifier les acteurs professionnels ou bénévoles, engagés en faveur de l’accueil et l’accompagnement des publics primo-arrivants.

L’Institut Convergences Migrations a pour objectif de fédérer la recherche en sciences humaines et sociales et en sciences de la vie jusque-là dispersés, en mobilisant dans le domaine des migrations internationales près de 400 chercheurs de nombreuses institutions. Structuré en cinq départements thématiques, l’institut entend resserrer le lien science-société à travers deux types d’actions : l’éclairage critique de l’actualitévia la revue en ligne De facto et des partenariats avec les acteurs de la société civile. 

C’est dans cette dynamique que s’inscrit la qualification des acteurs en formation professionnelle qui reprend les cycles Altérités, menés par Ancrages depuis 2012. 

Dates et durée

3 journées soit 21h, de 9h00 à 12h et de 14h à 17h et une journée d’études complémentaire 

  • Marseille : du lundi 20 au mercredi 22 septembre 2021 + une journée d’études le 23 septembre
    à l’espace Mistral, 11 impasse Camille Flammarion, 13001, Marseille
  • Aubervilliers : du 18 au 20 octobre 2021 + une journée d’études le 21 octobre au Campus Condorcet, Centre des Colloques, Place du Front Populaire 93322, Aubervilliers

La formation est susceptible de basculer en distanciel aux mêmes dates en cas de reconfinement. 

Déroulé de la formation

A Marseille, du lundi 20 au mercredi 22 septembre 2021 au centre Le Mistral – 13001, nous revenons durant trois jours sur la question du logement et plus largement de celle de l’appropriation de l’hébergement et de l’accueil des publics primo-arrivants dans l’espace urbain. 

Les trois journées complémentaires et transdisciplinaires permettent d’aborder plusieurs questions. Au-delà des comparaisons nationales ou européennes, celle des compétences des collectivités territoriales, dans les enjeux d’accompagnement face aux formes émergentes d’encampement dans un contexte migratoire mondialisé devenu cadre commun, sont posées. Ces situations créent de nouvelles sortes d’extraterritorialités, caractérisées par des parcours longs et dangereux, allant d’un quartier marginalisé à un camp, d’un centre de rétention à un campement urbain ou en forêt… Au fil de ce parcours, le primo arrivant passe également d’une catégorie institutionnelle à une autre – clandestin, demandeur d’asile, déplacé interne, réfugié ou sans-papiers – sans trouver la sortie vers une place et une reconnaissance dans une société ou une ville d’accueil. Face à ces constats, la formation revient sur les prises en charge institutionnelles mais également les formes d’hospitalité privée émergentes et leur impact sur l’accueil des migrants. Elle propose également de pointer le fait que ces situations modifient les espaces de la ville et au sein même des habitats. 

Lundi 20 septembre 2021 – Qui accueille qui ? Jeux d’échelles et de catégories dans la réception des personnes migrantes en exil

Avec Louise Hombert, Doctorante en science politique, membre scientifique de la Casa de Velázquez et Fellow de l’Institut Convergences Migrations. Ses recherches portent sur la question de la gouvernance de l’accueil des populations migrantes à Paris et Barcelone.

La première partie de la journée de formation sera l’occasion de dresser un tableau des compétences des différents échelons territoriaux (international, européen, national, régional, départemental, municipal) au regard de l’accueil des personnes en recherche de refuge, et d’aborder selon une perspective critique les enjeux de catégorisation qui se jouent derrière les étiquettes de “réfugié”, “demandeur d’asile”, “dublinés”, etc.

La seconde partie de la journée nous permettra de réfléchir en petits groupes au parcours d’accueil des personnes exilées dans la ville, à travers un atelier interactif.


Mardi 21 septembre 2021 – Possibilités de s’aménager des milieux d’hospitalité en ville en fonction de l’hébergement
 
Avec Audran Aulanier, Doctorant en sociologie et philosophie au Centre d’Etude des Mouvements Sociaux (EHESS) et Fellow du département Policy à l’Institut Convergences Migrations. Ses recherches portent sur le monde vécu des demandeurs d’asile, dans une perspective comparative entre la France et l’Allemagne.

La journée de formation portera sur les différentes possibilités d’hébergement des migrants selon leurs statuts. Il sera notamment question de la possibilité de s’aménager des milieux d’hospitalité selon l’endroit où l’on vit. Ce faisant, il s’agira de comprendre que l’hospitalité ne se réduit pas à l’accueil : pour être hospitalier, un milieu (de vie) doit se prêter à un aménagement personnel, permettre la mise en place de nouvelles routines, etc.

La matinée sera centrée sur l’expérience des migrants selon l’hébergement qu’ils ont (ou n’ont pas), et sur l’évolution de leur ressenti selon le type d’hébergement (à propos du temps, de l’intimité, de la relation à l’autre, …), au fur et à mesure de leur temps de présence dans le pays d’accueil (en France et en Allemagne en particulier). L’après-midi, nous partirons de vignettes ethnographiques de relations entre travailleurs sociaux et bénévoles présents dans les hébergements et des expériences des participants à la formation pour réfléchir ensemble à l’hospitalité dans les hébergements et, au-delà, dans la ville d’accueil.

Mercredi 22 septembre 2021 – Autonomie, intimité et extranéité : la cohabitation entre citoyens (hébergeurs) et exilés (hébergés) en France avec Stéphanie Dadour

Avec Stéphanie Dadour, Maîtresse de conférences à l’Ensa Paris, Laboratoire ACS, CNRS AUSser, Fellow au département Policy, Institut Convergences Migrations et co-rédactrice en chef de la revue Métropolitiques. Ses recherches portent notamment sur l’accueil des exilés par des citoyens en France.

En accueillant chez-soi, l’hébergeur fait de la place à quelqu’un (à son histoire, son parcours, son état et ses problèmes) et qu’il y ait réciprocité ou pas, des liens se créent, peu importe leur nature; des liens situés, à la fois dans l’espace et le temps. Partant de ces situations a priori hospitalières et accueillantes elle s’intéresse à la spatialisation de cette cohabitation. Dans cette perspective, la relation entre hébergeur-hébergé est centrale; mais elle ne peut être analysée sans la prise en compte du contexte et de l’environnement dans lequel elle s’inscrit. 

Afin de saisir les négociations spécifiques, les relations qui se tissent dans ces lieux et ces moments Stéphanie Dadour vous présentera tout d’abord la méthode de mon travail, et puis elle reviendra sur les interprétations de certaines des situations rencontrées. Des ateliers permettront d’échanger et de débattre de ces situations; une place importante sera réservée au jeu de rôle.

————-

« Bidonvilles, campements et habitats non ordinaires, circulations et ancrages des migrants à Marseille »

La journée d’études du jeudi 23 septembre 2021, programmée en partenariat avec le Festival Allez-savoir de l’EHESS à lieu à Coco Velten à 19h.

Entre mise en perspective historique du logement social et actualité des opérations de rénovation urbaine, la soirée-débat propose de mettre en regard l’ancienneté et l’actualité des formes d’habitats à Marseille, leur réinvention dans le cadre des nouvelles migrations et de leur impact sur la ville. Avec l’émergence de nouvelles propositions d’accueil, la ville s’impose comme échelle opérationnelle des politiques inclusives et de mise en œuvre de l’hospitalité, soumise aux problématiques globalisées et transcalaires.

Une rencontre animée par Samia CHABANI, directrice d’Ancrages avec :

Virginie BABY-COLLIN, géographe Professeure des Universités, École Supérieure du Professorat et de l’Education (ESPÉ), Aix Marseille Université. Co-directrice de l’Atlas des migrations en Méditerranée de l’Antiquité à nos jours (2021, Ed. Actes Sud)
Marc BERNARDOT, sociologue, Directeur de la publication, à Terra HN éditions et Professeur des universités, à Aix-Marseille Université. Directeur de la publication sur les Habitats non ordinaires. Les espace-temps de la mobilité  (2014, Ed du Croquant)

En présence de Michel AGIER, anthropologue, directeur d’études à l’EHESS et directeur du département Policy de l’Institut Convergences Migrations.

Pour en savoir plus : Bidonvilles, campements et habitats non ordinaires, circulations et ancrages des migrants à Marseille | Festival des Sciences Sociales

Entrée libre dans la limite des places disponibles : S’INSCRIRE EN LIGNE.
Contact : Margaux MAZELLIER, communication@ancrages.org
A Aubervilliers, du 18 au 20 octobre 2021 – au Campus Condorcet, nous revenons durant trois jours sur la question de l’accès aux soins et à la santé des publics primo-arrivants. 

Là encore, les modules complémentaires et transdisciplinaires en emboitant les échelles du droit et de l’accès à la santé des primo arrivants (comparaison internationale, politique nationale, compétences des collectivités territoriales et des services de l’Etat)  abordent les enjeux d’accompagnement face au changement de paradigmes dans un contexte migratoire mondialisé. Les différents modules permettent d’éclairer l’environnement juridique, social et culturel des publics migrants et primo-arrivants.

La situation sanitaire des primo arrivants et son évolution durant les premières années, donne bien sûr lieu à une séquence de la formation avec un focus important sur les questions de santé mentale. 

Il s’agit également d’aborder les trajectoires de soin du point de vue des primo-arrivants et des expériences vécues lors des épisodes de maladie, d’attente et de changements d’hébergement ou familiaux, d’analyser les contextes d’exercice des professionnels du secteur social, sanitaire et/ou associatif, d’apporter un éclairage sur les dynamiques des structures et des équipes porteuses d’actions innovantes dans la santé et le soin. Les discriminations et biais culturels dont sont l’objet ces populations notamment en matière de périnatalité seront également mis à jour. s. 

Lundi 18 octobre 2021 – Accès et droit au soin (cadre national et comparaison internationale) et non recours aux soins des primo-arrivants (AME, PASS, CMU, Droits à la santé, handicap…)

Avec Anne-Cécile Hoyez, Géographe, chargée de recherche CNRS à l’UMR ESO, sur le site de l’Université Rennes 2 et fellow de l’Institut Convergences Migrations. Ses travaux portent sur les questions de santé et d’accès aux soins, en particulier sur les expériences des migrants et migrantes, et des soignants et soignantes qui les suivent.

– Pour la matinée: « Mise en perspective des conditions d’accès aux soins pour les étrangers en France à partir des recherches en sciences humaines et sociales »

– Pour l’après-midi: « Retours sur des études de cas et des observations de terrain dans différentes villes françaises »

Mardi 19 octobre 2021 – La prise en charge des migrants en santé mentale

Avec Andrea Tortelli, Psychiatre au Pôle GHU Psychiatrie Précarité Paris, chercheuse à l’INSERM et fellow de l’Institut Convergences Migrations. Ses recherches portent sur la santé mentale des populations migrantes et de leurs descendants : recherche quantitative et qualitative des facteurs de risque associés.

Comment agir sur tous les facteurs et privilégier une prise en charge globale de la personne, projet de consultation Sociale, mentale et somatique avec l’ARS Ile de France ?

Mercredi 20 octobre 2021 (matin) – Soins différenciés aux femmes perçues comme africaines en maternité

Avec Priscille Sauvegrain, Sage-femme clinicienne à la maternité de la Pitié-Salpêtrière à Paris,  chercheure en santé publique au sein de l’équipe EPOPé de l’Inserm et fellow de l’ICM. Ses recherches se situent au croisement de la sociologie de la santé et de la sociologie des relations interethniques, dans le domaine de la périnatalité.

Mercredi 20 octobre 2021 (après-midi) –Trajectoires de la grossesse, précarité et migration : modalités de prises en charge des femmes, enjeux pour les professionnels qui les accompagnent

Avec Clélia Gasquet-Blanchart, Directrice du réseau régional de santé périnatale SOLIPAM et Maîtresse de Conférences à l’Ecole des Hautes Etudes en Santé Publique et attachée à l’UMR Espaces et Sociétés. Ses recherches portent sur les inégalités sociales de santé à travers les trajectoires des femmes enceintes, notamment en situation de migration récente et interrogent les rapports sociaux en périnatalité. 

————-

« Entre rumeurs et accès à la santé, quelles réalités des parcours de soins pour les migrants ? »

La journée d’études du 21 octobre 2021 au Centre de conférences du Campus Condorcet à 14h mobilise les partenaires et chercheurs fellow de l’ICMigrations.

En matière d’accès aux soins des primo-arrivants, la tentation est forte d’envisager cette perspective comme remettant en cause le modèle social français. On évoque alors le coût de cette politique, l’effet appel d’air qu’elle génère à l’égard des populations étrangères, la surcharge des équipements sanitaires et sociaux au détriment des populations locales, … Privilégiant la déconstruction des préjugés sur les politiques migratoires, la journée donne la parole aux praticiens, chercheurs, élus et professionnels engagés au plus près des dispositifs d’accès aux soins.

L’enjeu réside à la fois dans la diffusion de résultats d’enquêtes et de retours d’expériences  afin  de permettre aux publics de se faire une opinion construite sur des arguments fondés et vérifiés tout en mettant à distance l’approche binaire largement présente dans les débats publics.

Cette journée mobilise une partie des contributeurs de la revue De facto n°25 paru en Mars 2021 consacré au système de santé, aux inégalités et aux discriminations dans le soin en France.

Introduction : Samia CHABANI, Directrice d’Ancrages.
Une rencontre animée par Jean-Barthélemi DEBOST, Responsable de la médiation scientifique et du partenariat avec les acteurs locaux, Institut Convergences Migrations:

  • Barbara BERTINI : Coordinatrice régionale des Permanences d’Accès aux Soins de Santé (PASS) franciliennes, Département PRAPS, ARS Ile-de-France 
  • Blandine DESTREMAU : Directrice de recherche en sociologie à l’Institut de recherche interdisciplinaire sur les enjeux sociaux (CNRS/EHESS/Université Paris I Sorbonne). Elle copilote un projet d’ouvrage “Migrations une chance pour notre système de santé”. Fellow de l’Institut Convergences  Migrations
  • Paul DOURGNON : Directeur de recherche à l’Institut de recherche et documentation en économie de la santé. Il travaille notamment sur les inégalités sociales de santé et l’évaluation des politiques publiques en santé. 
  • Raphaël PITTI : Anesthésiste Réanimateur , Professeur de médecine d’urgence et de catastrophe, Conseiller municipal délégué aux urgences sociales , sanitaires et humanitaires à la Ville de Metz 

Pour en savoir plus, cliquez ici.

Entrée libre dans la limite des places disponibles : S’INSCRIRE EN LIGNE.
Contact : Margaux MAZELLIER, communication@ancrages.org


Informations pratiques

Selon une approche transdisciplinaire, la formation aborde l’ensemble des champs relatifs à l’accueil et l’accompagnement des publics primo-arrivants. Elle permet d’éclairer l’environnement juridique, social et culturel des publics primo-arrivants signataires du CIR, contrat d’intégration républicaine, et les moyens mobilisables dans le cadre d’intervention des politiques publiques.

Vous souhaitez participer à l’évaluation des besoins en formation dans ce champ, merci de compléter le questionnaire d’analyse des besoins.

 

Les professionnels, acteurs publics et associatifs et volontaires en service civique du champ social, sanitaire, éducatif et culturel, qui interviennent auprès des personnes migrantes, primo-arrivantes ou réfugiées.

Primo-arrivants = personnes étrangères issues des pays tiers (hors UE) ayant obtenu un titre de séjour depuis moins de cinq ans et signataires du CIR, Contrat d’intégration républicaine.

Les objectifs sont de:

  • Appréhender un environnement institutionnel et géopolitique complexe et fortement évolutif,
  • Développer des aptitudes pour accompagner un public spécifique,
  • Donner du sens à ses missions et faire évoluer ses pratiques professionnelles pour une intervention efficace et en cohérence avec les politiques publiques.

Ces objectifs s’inscrivent dans une démarche de montée en compétence et de mutualisation des acteurs engagées auprès des publics primo-arrivants.


Pour vous inscrire, merci de remplir le(s) formulaire(s) suivant(s)
3APA MARSEILLE
3APA AUBERVILLERS

Possibilité de s’inscrire pour les 3 jours ou pour 1 ou 2 journée(s). L’inscription préalable est obligatoire. Date butoir d’inscription – trois semaines avant le début de la formation. Les inscriptions ne sont prises en compte qu’à réception du règlement. Une confirmation par mail vous sera envoyée. Tout désistement doit être impérativement signalé à ANCRAGES par mail à administration[at]ancrages.org.

Tarifs :

Frais individuels de participation : 130€ TTC/jour/stagiaires, pour les professionnels pris en charge dans le cadre de la formation (OPCO)
50€ TTC par jour ou 100€ TTC par cycle de 3 jours pour les volontaires en service civique

50€ TTC par cycle de 3 jours ou 20€ TTC pour une journée pour les bénévoles ne bénéficiant de prise en charge
Gratuit pour les agents OFII

Renseignements et devis :
Auprès de administration[at]ancrages.org  ou au 09 50 74 04 67

Modalités de règlement :

Chèque (à libeller à l’ordre d’ANCRAGES)
ou Virement bancaire à RIB : CAISSE D’EPARGNE –  Banque : 11315 – Guichet : 00001 – Compte : 08005945217 – Clé : 91

La fiche d’inscription est à retourner impérativement :
par courrier à : ANCRAGES – 42 bd d’Annam bât.3 – 13016 Marseille.
ou par mail : administration[at]ancrages.org

Pour toute information relative aux contenus et au déroulement : administration[at]ancrages.org

Pour toute information relative à l’ingénierie de formation :

Contacts : Samia CHABANI, Déléguée Générale de l’association Ancrages
direction[at]ancrages.org

Jean-Barthélemi DEBOST, Responsable de la médiation scientifique et du partenariat avec les acteurs locaux 

 

Plaquette de présentation des formations précédentes:

 

Île-de-France – 2020

Région Sud – 2020

Marseille – mai 2018

Romans-sur-Isère – mars 2018

Marseille – novembre 2017

Marseille – mars 2017

Romans-sur-Isère – novembre 2016

Romans-sur-Isère – octobre et novembre 2015

Marseille – mars et avril 2015

Marseille – 2012-2013