VOUS AVEZ OUBLIÉ VOS IDENTIFIANTS ?

Chargement Évènements

« Tous les Évènements

  • Cet évènement est passé

Cabaret Mauresque, le 23 mars 2019

23 mars, 20:00 - 23:30

Gratuit

Sur une idée originale de Samia Chabani, venez découvrir Le Cabaret Mauresque, espace d’expression scénique au cœur duquel s’entremêlent les registres musicaux châabi, raï et kabyle et les expressions lyriques de l’amour et de l’exil. À l’instar des cabarets marseillais de la Belle Époque, la cité phocéenne voit l’expansion des cabarets dits « orientaux » qui connaissent leurs heures de gloire, dès les années 50. Ils offrent l’opportunité aux uns, de découvrir des artistes du Levant et de Barbarie, et participent du développement d’une industrie discographique, de café-concert, offrant, aux autres, des espaces de convivialité pour des générations d’immigrés venus travailler dans les usines, en métropole.

À l’occasion de cette première édition, Le Cabaret Mauresque met à l’honneur les femmes et les artistes engagés en faveur de l’émancipation des peuples et les revendications d’égalité. De Fayruz à Warda El Djazaïria, de Slimane Azem à Chikha Remitti, la séparation avec l’être aimé comme la nostalgie du pays perdu sont des thématiques emblématiques des parcours d’exil.
Ancrages, qui œuvre pour la valorisation des mémoires des migrations à Marseille, se réapproprie à cette occasion, le qualificatif de « mauresque » pour interroger l’essentialisation raciste, héritée de l’illusion coloniale comme celles de l’orientalisme, où les femmes « arabes », « annamites » et plus généralement indigènes, sont assignées à la domesticité et au statut d’objet sexuel. Les chansons grivoises des années 30, telles que la « fille du bédouin » ou « la petite tonkinoise » participent à diffuser une représentation raciste et sexiste des femmes indigènes, et des préjugés encore à l’œuvre dans nos sociétés.
L’émergence de grande voix populaires, appelant à la liberté et aux indépendances valorise l’expression culturelle des peuples sous domination, comme les revendications des ouvriers et prolétaires des usines. Marseille se dévoile sous un nouveau jour, célébrant les artistes orientaux et nord-africains et produisant et diffusant scopitones, vinyles et café-concert.

C’est dans cet esprit que Le Cabaret Mauresque programme le concert de Samira Brahmia,

Chanteuse qui revendique son identité plurielle et qui bouscule les codes esthétiques pour faire voyager son art, hors des territoires assignés. Son parcours artistique comme ses références la porte vers le partage d’un répertoire pluriel, qui fait sens des bords de la Méditerranée à l’ensemble de l’Afrique, châabi, raï, kabyle, mais aussi gnawi. Après ces participations aux éditions des « Folles Nuits Berbères », du « Barbès Café », du « Cabaret Tam Tam » au Cabaret Sauvage, elle prête volontiers
sa voix au Cabaret Mauresque*.
 Accompagnée de : Khliff Mizziallaoua Guitariste, Hicham Takaoute Bassiste, Mehddy Ziouche Clavier, Karim Ziad Batterie, Lamine Madani Ingéson, Touria Bourouissa Tour Manager.

 

La première partie de la soirée accueille Naïma Yahi, historienne, chercheure associée à l’URMIS (UMR Migrations et société). Spécialiste de l’histoire culturelle des Maghrébins en France, elle est directrice des associations Remembeur – Pangée Network.

 
Auteure de spectacles et de documentaires, elle est la co-auteure de la comédie musicale Barbès Café. Elle a également été la commissaire de l’exposition Générations, un siècle d’histoire culturelle des Maghrébins en France (CNHI, 2009) et a coordonné chez EMI Music, la compilation Hna Lghorba, Maîtres de la chanson maghrébine de l’exil 1930-1970 (2008).

On la retrouve autour de son fameux karaoké méditerranéen* qui met à l’honneur l’apport des étrangers à la chanson française de Dalida à Charles Aznavour, de Slimane Azem à Moustaki. La chanson française, loin d’être l’expression d’un génie français attaché exclusivement à un sol et à un horizon, est largement, selon la belle expression d’Yves Borowice, un « art de métèques ».

Karine GHALMI, danseuse de la compagnie « Karine Ghalmi» présente à Marseille, axe son travail de recherche chorégraphique en danse orientale et contemporaine, et en questionne les codes. Ses projets reposent sur un désir d’échanges artistiques pluridisciplinaires. Ils sont liés à un souci d’éthique: Celui de l’ouverture aux autres et aux différentes cultures méditerranéennes. S’efforçant de mettre à distance les représentations communes liées à l’univers traditionnel de la danse orientale, son projet s’inscrit dans un mouvement général de refonte et d’évolution et de réinvention de la danse
orientale,conçue comme une autre danse contemporaine.

On vous attend aux grandes tables, à partir de 20h pour le karaoké – concert à 22h
Entrée libre et gratuite dans la limite des places disponibles, sur inscriptions auprès de mediation@ancrages.org avant le 18 mars 2019 ou via ce formulaire

Evénement en partenariat avec :

 

 

Mauresque au bar, n’hésitez pas à réserver votre table au  04 95 04 95 85

Un événement soutenu par :

Détails

Date :
23 mars
Heure :
20:00 - 23:30
Prix :
Gratuit
Catégories d’Évènement:
,
Site Web :
http://ancrages.org/event/cabaret-mauresque-le-23-mars-2019/

Organisateur

les grandes tables

Lieu

Friche de la Belle de Mai
41 rue Jobin
Marseille, 13003 France
+ Google Map
Téléphone :
04 95 04 95 95
Site Web :
www.lafriche.org
HAUT